TOUS UNIQUES, l’innovation au service de chaque patient

TOUS UNIQUES

Parce que chacun de vos patients a une personnalité, une histoire, des difficultés, des attentes UNIQUES
Parce que votre prise en charge de ces patients doit s’adapter à des situations cliniques, des modalités de suivi, des choix de stratégies thérapeutiques, des contraintes UNIQUES…

ViiV Healthcare innove pour répondre aux besoins des PVVIH avec le Programme TOUS UNIQUES coordonné par le Dr Clotilde Allavena (Service de maladies infectieuses et tropicales, CHU de Nantes).
TOUS UNIQUES propose :

  • Des thèmes majeurs explorés dans toutes leurs dimensions : chiffres clés, cas pratiques, bilans et modalités de suivi, articles de fond, interviews…
  • Des experts référents de la pathologie, mais aussi issus de différentes spécialités prenant en charge les PVVIH, s’inscrivant dans une démarche collaborative pour un accompagnement plus ciblé.
  • Une sélection de contenus originaux toujours plus techniques, pratiques, utiles et régulièrement mis à disposition sur la plateforme ViiV Exchange.

PARCE QUE NOUS NE LAISSONS AUCUN PATIENT DE CÔTÉ, ViiV HEALTHCARE A FAIT LE CHOIX DE L’INNOVATION AU SERVICE DE CHAQUE PATIENT.

1er thème : VIEILLIR AVEC LE VIH, DE NOUVEAUX ENJEUX

PVVIH : une population qui vieillit

Grâce au progrès des traitements et de la prise en charge, les patients vivent de plus en plus longtemps avec le VIH. Parallèlement, plus de 1 découverte de séropositivité sur 5 concerne une personne de plus de 50 ans. De ce fait, la population des PVVIH vieillit. 1,2

Key-features1.jpg

Le nombre de PVVIH de > 50 ans a doublé entre 2008 et 2015 1

Key-features2.jpg

En 2020, les ≥ 50 ans représentaient 22 % des nouvelles découvertes de séropositivité 2

Key-features3.jpg

En 2030, plus de 70 % des PVVIH auront au moins 50 ans 3

Projection à partir d’un modèle paramétré développé sur la base des caractéristiques de 10 278 PVVIH issues de la cohorte nationale hollandaise ATHENA suivie entre 1996 et 2010.

Des patients multimorbides…

Le vieillissement, dans la population générale, se caractérise par l’augmentation des maladies cardiovasculaires, ostéoarticulaires, endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques, cancéreuses… 4 Le VIH augmente le risque de développer certaines comorbidités, de les voir apparaitre plus précocement puis se multiplier avec l’âge. 5-7

Key-features4.jpg

La fréquence de certaines comorbidités est significativement* augmentée chez les PVVIH par rapport à des personnes ne vivant pas avec le VIH (x 1,4 pour le risque de néoplasme malin à 4,0 pour celui de maladie rénale chronique) 5

* p < 0,05
Etude rétrospective menée en France entre 2011 et 2014 auprès de 1 091 PVVIH et 2 181 personnes ne vivant pas avec le VIH. Cette étude a sélectionné des adultes âgés de 18 ans et plus à partir de la base de données EGB (Échantillon Généraliste de Bénéficiaires). Chaque PVVIH a été appariée avec 2 personnes sans VIH (ratio 1:2) selon l'âge, le sexe, la couverture maladie universelle et le lieu de résidence.

Key-features5.jpg

En France, 71 % des PVVIH âgées de plus de 70 ans sont atteintes de ≥ 3 comorbidités 6

Étude transversale menée entre janvier 2017 et septembre 2018 auprès de 2 476 PVVIH âgées > 70 ans provenant de la cohorte française Dat’AIDS. L’objectif était d’évaluer l’association entre la coexistence ≥ 3 comorbidités (parmi l’hypertension artérielle, le diabète, l’ostéoporose, le cancer non-SIDA, l’insuffisance rénale chronique, les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires, l’obésité, la cachexie, et l’hypercholestérolémie) et les périodes calendaires de diagnostic du VIH (1983-1996, 1997-2006 et 2007-2018).

Key-features6.jpg

Le risque de développer certaines comorbidités augmente significativement* avec l’âge des PVVIH, (x 1,9 pour le risque de cancer à 6,5 pour celui de maladie rénale chronique) 7

* p < 0,001
Etude transversale réalisée à partir de données issues de la cohorte Dat'AIDS (étude prospective multicentrique menée en France). Parmi 37 511 PVVIH incluses dans la cohorte avec au moins une visite depuis 2004 et toujours suivies au 31 décembre 2015 (date de censure), 17 008 PVVIH avaient > 50 ans (45,3 % de la cohorte). Toutes les PVVIH âgées de > 50 ans à la dernière visite ont été sélectionnées pour cette étude transversale. Ces PVVIH ont été réparties en « population âgée » si elles avaient entre 50 et 74 ans et en « population gériatrique » si elles avaient 75 ans ou plus lors de la dernière visite.

….avec un impact important sur l’espérance de vie

Les comorbidités liées à l’âge diminuent de façon marquée l’espérance des PVVIH. 8

Key-features7.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans CANCER à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

Key-features8.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans MALADIE RÉNALE CHRONIQUE à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

Key-features9.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans MALADIE CARDIOVASCULAIRE à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

Key-features10.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans DIABÈTE à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

Key-features11.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans MALADIE PULMONAIRE CHRONIQUE à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

Key-features12.jpg

Différence observée d’espérance de vie sans MALADIE HÉPATIQUE CHRONIQUE à 21 ans entre les PVVIH et la population générale ne vivant pas avec le VIH, entre 2011 et 2016. *8

* Étude de cohorte menée dans les centres médicaux de Kaiser Permanente dans le Nord et le Sud de la Californie et les états du centre de l’Atlantique de Washington DC, Maryland et Virginie ayant inclus 39 000 PVVIH et 387 785 personnes ne vivant pas avec le VIH (données appariées, ratio 1:10) entre 2000 et 2016. L’objectif était de quantifier la différence en espérance de vie (années totales et sans comorbidité) selon le statut VIH des adultes ayant accès aux soins.

De nouvelles contraintes de prise en charge

La multimorbidité complexifie la prise en charge, pouvant nécessiter une démarche pluridisciplinaire. Elle entraine une polymédication et un risque accru d’interactions médicamenteuses. 9

Key-features13.jpg

Les maladies pulmonaires, hépatiques, et rénales chroniques, le diabète, le cancer et les maladies cardiovasculaires sont les 6 comorbidités liées à l’âge les plus fréquentes chez les PVVIH 8

Étude de cohorte menée dans les centres médicaux de Kaiser Permanente dans le Nord et le Sud de la Californie et les états du centre de l’Atlantique de Washington DC, Maryland et Virginie ayant inclus 39 000 PVVIH et 387 785 personnes ne vivant pas avec le VIH (données appariées, ratio 1:10) entre 2000 et 2016. L’objectif était de quantifier la différence en espérance de vie (années totales et sans comorbidité) selon le statut VIH des adultes ayant accès aux soins.

Key-features14.jpg

Une étude a montré que 82 % des PVVIH prennent au moins 1 comprimé/jour non lié au VIH ou prennent des médicaments pour traiter au moins une maladie non liée au VIH 9

Données de l'enquête PP2 ayant été réalisée auprès de 2 112 PVVIH (hommes, femmes et autres genres), sous traitement ARV, âgées de 18 à 84 ans, et dans 24 pays entre avril et août 2019. Les réponses au questionnaire ont été collectées par Internet ou en personne. Dans cette étude, l'objectif était d'évaluer la relation entre la polymédication et les mesures des indicateurs de qualité de vie liées à la Santé.

Key-features15.jpg

Une PVVIH polymédiquée prend en moyenne 6,48 comprimés/jour [IC95 % : 6,39–6,57] vs 2,63 [IC95 % : 2,57–2,69] pour une PVVIH non polymédiquée 9

Données de l'enquête PP2 ayant été réalisée auprès de 2 112 PVVIH (hommes, femmes et autres genres), sous traitement ARV, âgées de 18 à 84 ans, et dans 24 pays entre avril et août 2019. Les réponses au questionnaire ont été collectées par Internet ou en personne. Dans cette étude, l'objectif était d'évaluer la relation entre la polymédication et les mesures des indicateurs de qualité de vie liées à la santé

Références:

  1. Actions traitements. Bien vivre avec le VIH après 50 ans. Édition 2018 - 2019.
  2. Santé publique France. Surveillance du VIH et des IST bactériennes. BEH 2020.
  3. Smit M, et al. Future challenges for clinical care of an ageing population infected with HIV: a modelling study. Lancet Infect Dis. 2015 Jul; 15(7): 810–818.
  4. Santé publique France. L’état de santé de la population en France. Rapport 2017.
  5. Pourcher V, et al. Comorbidities in people living with HIV: An epidemiologic and economic analysis using a claims database in France. PLoS One 2020;15(12):e0243529.
  6. Demontès M, et al. Multimorbidity in Elderly Subjects according to the year of diagnosis of HIV-Infection - A Cross-Sectional Dat’AIDS Cohort Study. Clin Infect Dis 2019;ciz1171.
  7. Allavena C, et al. Antiretroviral exposure and comorbidities in an aging HIV-infected population: The challenge of geriatric patients. PLoS ONE 2018;13(9): e0203895.
  8. Marcus JL, et al. Comparison of Overall and Comorbidity-Free Life Expectancy Between Insured Adults With and Without HIV Infection, 2000-2016. AIDS and Behavior 2020; 3(6): e207954.
  9. Okoli C, et al. Relationship Between Polypharmacy and Quality of Life Among People in 24 Countries Living With HIV. Prev Chronic Dis 2020;17:190359.

NP-FR-HVU-WCNT-220036-V1 Juillet 2022